28/07/2008

Comme la mer,

Comme la mer,

Qui va et vient,

Faire et défaire ce qui est ou ce qui sera....

Tout est toujours à construire, je crois.

26/07/2008

Successions momentanées...

Il est des soleils inattendus qui ouvrent la porte vers ailleurs !

Il est des instants perdus et pourtant suspendus dans l'aire des possibles,

Il est des courages insoupçonnés et pourtant glorieux dans le jusqu'auboutisme...

Multiples rencontres hasardeuses des temps d'une vie heureuse...

22/06/2008

Souvenirs de morte-saison...

C'est juste difficile d'ouvrir son coeur, et de ne pas se sentir accueillie,

Non pas à cause de la différence mais bien à cause de l'incompréhension,

Ce manque d'écoute envers l'autre,

Ce manque de disponibilité à l'autre,

Cette impossible recherche de l'harmonie,

Impossible à cause des illusions bercées dans l'éther de l'unité.

 

J'ai tellement de chagrin,

Je ne sais pourquoi j'ai tellement de chagrin,

Je pleure sans raison,

Je pleure à caprices,

Je pleure comme le ciel en cette saison.

 

Tantôt, il y a du soleil et je revis, je me dis que tout va bien.

Tantôt, il y a le stress, les routes incessantes, le manque de temps pour moi-même.

Alors, il pleut sur les grises pensées de ce quotidien qui m'entortille sur les sinuosités piégées du mal-être.

 

Je manque à moi-même, je ne me reconnais plus vraiment,

Mes amies me manquent...

Je me sens souvent dans l'impossibilité de m 'exprimer librement,

Comme une gamine, comme une étrangère, lointaine, de plus en plus lointaine.

Etrangère à moi-même.

 

Peut-être que je deviens étrangère à ce monde?

Je m'étonne du non-sens de cette existence,

Du continuum sans fin de la vie et de la mort,

Je me souviens de Camus et de son absurde, pensée fleuve.

 

Mis au jour d'un dysfonctionnement plus pénétrant, plus profond,

Retomber dans l'énurésie de moments non-compris.

Comme une complainte, comme une oppression,

Comme une paire de menottes à mes envies, à mes désirs.

La bride de mes désirs, la ceinture des intuitions.

 

Des ailes coupées et un grand besoin de voler, de vivre, de bouger,

Un essentiel besoin de m'éloigner, de ressentir le manque,

Juste pour penser à autre chose que ce qu'il faudra faire, ranger, préparer.

Putain de quotidien...

Je constate que je me mets la pression pour toutes ces petites choses qui me pèsent, qui me bouffent petit à petit.

 

Je me leste de ces tâches, elles me pèsent...

Attitude normale, retrouver un peu de paix.

 

Prendre l'air, vivre autre chose,

Désir de paix.

Eprouver la vie, sentir la vie.

 

Ne plus parler de rien d'autres, ne plus attendre quoique ce soit !

 Souvenirs de morte-saison, chagrin de pluie.

Moments lointains d'aujourd'hui.

06/06/2008

Avec le temps,

Le temps passe si vite,

Le temps s'écoule si rapidement que je ne sais s'il est passé ou à venir,

Je regarde derrière et devant, je traverse lentement.

J'ai bientôt 30 ans et la sensation de n'être encore qu'une enfant.

Temps insousciant, temps dérobé, temps arraché !

A l'emporte pièce, je sais qu'aujourd'hui, le bonheur habite ma maison.

Alors qu'importe le temps, qu'importe les saisons.

 

14/05/2008

Clind'oeil@work !

Clôturer ou presque un cycle,

Je reviens à moi-même,

Patience, conversations et douceurs à vivre...

Plaisirs partagés, intimités révélèes dans le prisme mouvant des instants.

Atteindre le meilleur à l'aube d'une réalisation...

01/05/2008

Au-delà de la solitude...

jetée2

 Il y a des ponts vers nulle part qui emportent le rêve toujours ailleurs...

 

 

 

17/04/2008

Ici ou ailleurs...

Invite-moi, enmène-moi ailleurs,

Ailleurs où il ferait meilleur...

Ailleurs et près de toi, car ici ou là c'est chez moi, chez toi...

J'ai quelques vagues dans l'âme,

Les embruns, le crachin, les petits matins...

Chasse avec moi les nuages,

Fais-moi rire,

Raconte-moi mille voyages et, ensuite, enlève-moi...

voyage

26/03/2008

 

De ci, de là,

Je me réinvente un monde de douceur, de tendresse et de rêves

Le bonheur à portée de main...

r^ves

13/03/2008

Où iront les hoche-queues?

Le matin, les oiseaux chantent et me réveillent...

Promesse tenue par le renouveau.

Petit bonheur sur le chemin parsemé de cailloux.

25/01/2008

Elle s'appelle à nouveau à elle...

 Il faudrait reprendre depuis la naissance le cours tragique de la destinée.

Il faudrait réinventer consécutivement le sens, l'essence, les sens...

Faire naître avec sa renaissance...

Habiter à nouveau une essence...

1108123

20/01/2008

Alléluia...

Qu'il y ait quelques ares ou non, ce qui demeure cher à mon coeur est plus que tout ce sentiment de liberté.

Alors ici, ou ailleurs... peu importe.

Etre libre ensemble et s'éveiller à rêve qu'est la Vie !1696953

09/01/2008

Evincer la question du sens...

Se donner une réponse aussi brève soit-elle !

Juste l'étreindre pour quelques secondes, si profondes ! 

La question du sens, plus que tout, pourrait s'évaporer dans le présent...

01/11/2007

Un an plus tard...

Un voeu au choix

- Devenir un écureil, un geais, une chataigne

- Vivre dans la peau d'un marin au coeur lointain et incertain

- Etre la mer

Un air en fond d'atmosphère

silences et murmures de récifs

Une aspiration

Vivre, aimer et mourir...

Un constat :

La rénovation, c'est sport !

Dans mon petit chauson de Noël

Des heures d'oisiveté...

Une pensée

Pour ceux qui vivent tant de choses aussi !

13/10/2007

Jours d'automne...

Jours d'automne où personne n'est de même teinte.

Tantôt or et cuivre, toujours belle et ivre,

Fée d'été aux effets brumeux,

Espoir des moindres instants empreints d'amours-étangs,

Pour seulement s'arrêter, se reposer et, ensuite,

poursuivre une autre histoire...

Celle d'un autre jour, d'une autre vie, d'un même amour,

Couleurs fauves de cette vie.

17/08/2007

Instantané

Le soleil manque à mon horrizon,

Les fleurs s'offrent à l'automne et

J'attends encore qu'il me revienne...

29/07/2007

Eternal Fractal

Spirales

22/07/2007

Songes d'un matin d'été...

Une vie, une roulotte,

Un espace sans fin, des couleurs chatoyantes,

L'ombre d'un olivier, des fruits gourmands,

La chaleur douce d'un sud, le murmure de tes mots,

La perspective des jours heureux, le ciel azur,

La morsure du soleil, les instants suspendus...

27/05/2007

Dans la lune ou dans la laine...

Une jeune demoiselle s'éveille ;

Et l'art lui sert de langage ;

Discrète, Secrète...

Avec minutie, découvrir la merveille de cette vie.

Comme si chaque étape que j'avais transgressée,

Te serait, à divers degrés, révélées puis oubliées.

Mes yeux s'emplissent de fierté...

branches2

 

16/04/2007

7h55, embouteillages...

Une femme, la quarantaine, beauté pâle et froide dans le petit matin,

Une adolescente, rêveuse, encore dans les songes de sa dernière nuit d'ivresse,

Emballées dans les prêt-à-penser du quotidien, elles tirent la tête aux naveteurs invisibles,

Qu'est-ce qui séparent ces deux féminités?

Pour sûr, ce n'est pas l'ouvrage du temps !

mère fille

27/02/2007

Demoiselle des ciels d'été !

Tantôt succube, tantôt demoiselle papillon,
Tantôt elfe des nuits vagabondes, tantôt silence muré d'outre-vie,
Tantôt outrage au labeur fourmillant, tantôt reflets bleutés des ciels d'été...
b15fb27647d664f8

07/02/2007

Comme il est important de prendre le temps...

Se balader innocemment entre les toiles colorées des Bozar avec des êtres en devenir,

Boire un verre avec tant de volupté que la volupté en serait elle-même ébranlée,

Contempler les arbres en givre de nos nuits,

S'extasier devant l'astre des jours descendant dans l'autre dimension de la terre,

Allumer quelques feux de chandelles en devinant leur lanscinante passion,

Parler et projeter toute la sagesse d'une existence en quelques mots de tolérance et d'emerveillement,

Egréner les billes de secondes sur le mouvement perpétuel du temps

Ecouter vraiment,

Aimer tellement,

 

Comme il est important de prendre le temps...

25/01/2007

Juste envie de sentir le vent froisser mes cheveux et ta main dans la mienne...

bretagne

20/01/2007

Bleu de toi...

Deux jacinthes prématurées en adoption

Apprécier leur laisser aller, leur manque de retenue,

Méditation végétale à la non-chalance...

 

Gourmandise qui ne compensera jamais le manque de soleil

Alors qu'elles recherchent lumière,

la pluie leur répond qu'il demeure en abscence prolongée...

P1010035bis

 

05/01/2007

L'une de vie

Depuis la nuit des temps, se sentir reliée à la lune des jours...  Comme je décroîs les nuances de cette existence à la mesure de mes doubles mystères.

Etre dans cette vie et dans toutes les précédentes aussi. 

J'aime si fort qu'il ne peut en être autrement...

 

23/12/2006

Vivre

Après des années d'errance et de tumultes,

Découvrir la sérénité de vivre aux côtés d'un passager du vent, prince des nuées de désespoir, il advient qu'un homme apprivoise la joie, bonheur précieux, si fragile,

Découvrir, comme une petite douceur de spontanéité, une amélie qui en oublie de boire son café tellement elle est aspirée par les mots.

Découvrir que le monde est à la portée de nos désirs, mer de reflets inquiétants suspendus dans la chaleur d'une présence,

Découvrir d'une pensée naissante une étoile filant dans le ciel, un double voeu qui me touche avec tant de délicatesse, de vérité,

Découvrir, au détour d'un mur de pierres moussues, le jardin secret d'une intimité privilégiée, en désirer l'attention et le soin pour une vie d'infinis.

04/11/2006

Suspension de notes sibyllines

Une semaine dans le silence du repos

Suspenion entre notes bleutées et douceurs amères

Je rêve encore et toujours

Me laissant emporter par les flux continus des envies

Ballotements au gré des nuées d'automne

Cristallines et tendres comme des journées entières à t'aimer

Pourquoi attendre?

De sibyllines pensées foulent nos chevilles vers nous-mêmes...

31/10/2006

à la lueur des bougies...

Impossible désirs que de naître des mots qui absorbent la vie !

Départ silencieux d'un compagnon de vie

Contre-murmure de la technologie en guise de nourritures terrestres

Echappée vers un monde cotoneux et suspendu dans l'atmosphère des pensées

Attente comme une promesse du parfum de l'amour en mes mûres digressions

14/10/2006

Mesure différentielle de l'essence...

Il me semble parfois que ce que je peux écrire demeure à la fois vide et empli de sens !

Absurde constat de l'inutile et non de la dépréciation de ce qui est créé, engendré ici.

Rejoindre ce qui est utile ou ce qui est essentiel ?  En mesurer la différence...

C'est par delà moi-même que je demeure immobile face à la tempête.

Nul effort à consentir ce choix, nulle remarque qui puisse m'enmener au-delà.

Juste être, regarder et, potentiellement, contempler au plus vibrant moment du vide, l'emergence de ce qui adviendra ou s'éteindra simplement.

Plus de différence et de distorsion, plus d'annulation ou d'esquive... 

Juste être, juste devenir, juste rester puisque c'est le temps qui ne peut que partir...  Tout le reste nous appartient !

 

05/09/2006

Superficielle et légère !

Toute femme sait qu'elle doit veiller sur son esthète.

Idéale, idéal...

Que sommes-nous ?

Entre convoitise des mâles et secrètes espérances de naître icônes de papier...

N'est belle que celle qui se ressent comme tel !

28/08/2006

Gauche-Droite...

A gauche, la pluie qui tombe raide sans discontinuer.  A droite, l'envie de te rejoindre sous les plumes chaudes et dormantes.  A gauche, le vieux chassis qui rayonne de froidure.  A droite, le soleil qui brille dans mes yeux à l'évocation de souvenirs.  A gauche, une collègue qui me parle de Nolwenn Leroy, je ne comprends rien.  A droite, une veille table au bois teinté et criard.  A gauche, le vallon triste d'un travail duquel je migre.  A droite, une porte de sortie, la promesse de retrouver mes murs. A gauche, elle continue à parler dans le vide, je ne l'écoute pourtant pas ; il fut un temps où nous étions semblables.  A présent, ton silence me pénètre.