31/01/2013

H.S.

Quand la frénésie l'emporte sur la sérénité,

Il n'y a plus qu'un seul remède...

Laisser aller, ne pas penser et continuer !

21:07 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/07/2008

Histoires jumelles !

Tumultes nocturnes,

Songes en miroir,

Gémélité profonde, antagonismes dans le double je,

Tantôt féminines et non viables, tantôt masculins et maternés,

Cauchemards du passé, rêve de futurs...

Double enfance en mon sein.

Tendresse au réveil, patience,

Patience...

09:46 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2008

Le silence et la révolte...

Confidences pour confidences,

Aujourd'hui, le silence se rompt.  Les langues se délient.

Je me rends compte que je suis de plus en plus en rupture avec le monde qui m'entoure.

Je ne supporte plus l'agressivité ambiante.  Je ne supporte plus la connerie des autres.

Au-delà du fait qu'on est toujours le con de quelqu'un d'autre,  Je ne sais plus vivre en paix dans ces faits de société qui crient la sauvagerie.

Aujourd'hui, des élèves m'ont profondément touchée...

Elles se sont livrées et m'ont énuméré tous les faits de violence qu'elle ont déjà subi en tant que jeune femme.

Qu'en faire ?  Que faire avec toute cette tristesse ?

Aujourd'hui, je suis touchée, je vois leurs ailes maculées...

 

17:50 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/04/2008

Que se passe-t-il ?

Déluge sur la famille,

Extinction des feux !

Refuge inattendu entre tes bras...

Espérer que l'orage passe et ne dévaste pas tout !

Entendre le silence pénétrer mon âme.

Retour sur l'impermanence. Constat de la fuite des réalités.

Entre travestissement et vérités...

07:28 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/01/2008

Achille

J'avais un être épris de moi, un amoureux transi...

Il me saluait sur le pas de la porte au petit matin.

Il guettait mon retour du soir.

Cinq minutes avant mon entrée, il sentait ma présence...

Voilà une soirée et une nuit qu'il a sauté vers la liberté.

Sa seule faiblesse, sa seule maîtresse...

06:56 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/01/2008

Maux de tête et parenthèses... un sursis !

Quand la jalousie démange,

Elle déborde sur la légerté.

Méprise de la nuissance.

Distante comme une étoile filante !

 

20:04 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/10/2007

En nocturne...

Je dépose une adolescente à l'orée du bois,

Je regarde trois chevaux, longe la clôture et les surprend au galop,

une loup gris apparaît,

il longe aussi, de l'autre côté, ce fil de fer à peine plus haut que lui

J'ai peur et confiance,

Il saute par dessus et me suit

Il me lèche le creux de la main, c'est chaud, doux,

Il me mordille et me rassure.

Je sors du bois, traverse la route vers la civilisation,

mais, de cet autre côté, m'attend un tout autre monstre,

l'homme et son désir, sale et violent,

Avant de monter dans ce camion, j'aperçois le loup blanc.

Dans ce chargement, comme pour me mettre en confiance, une petite fille m'apprivoise,

Son prénom est comme le murmure du danger.

Je m'enfuis comme une bête sauvage au milieu des êtres humains

09:08 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/07/2007

 

Nuit d'ébène,

Sillo à rêves,

Génèse du mâle,

 

Je retrouve le chemin de mes peurs infantiles.

11:30 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2007

Lorsque la lune ne se lève plus !

Conflit nocturne

Permanence du bourdonnement inconscient.

Les jours lisses contres des nuits agitées...

Noeud intérieur, inextricable chemin de compréhension...

07:46 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2007

Dix heures trente...

Neuf heures, deux tentatives d'appel téléphonique pour me tirer du lit alors que ce sont les vacances !   Les gens ne comprennent pas que parfois, surtout quand on répond pas, c'est qu'on est pas dispos, punaise ! ! !

 

Je me dis que je peux faire contre mauvaise fortune bon coeur, je sors chercher le petit dej puisque j'ai faim, que les céréales sont périmées et que les armoires sont vides. 

Déjà, la boulangère tire la gueule en balayant son trottoir plein de confettis qui collent vraiment bien, je remarque qu'elle se tue le dos mais je ne dis rien juste histoire de ne pas en remettre une couche.  Intérieurement, je la plains; j'attends qu'elle finisse sur boulot et qu'elle rentre. 

En plus, il n'y a plus rien de sucré à acheter...  A quelle heure, ils se lèvent les gens pour acheter leur petit déjeuner, je te jure ! J'm'enfous pas tellement mais je me dis que je ne me suis pas déplacée pour rien alors je prends quand même un pain ; je crois qu'il reste du choco...

 

A peine, la clef dans le contact et une manoeuvre pour attérir sur la voie principale qu'une petite bourgeoise en 4X4 (ultra blinquant et ultra polluant) me coupe la route avec son van de m.... et ose me faire remarquer, avec une exaspération hors propos, MA distraction. 

Il était trop tôt pour m'emballer ; je sais pas pourquoi mais cette journée commence mal ! 

 

Pourvu que ça dure pas !

10:42 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/02/2007

Ecriture automatique : essai 3

Récif de vie...  Chassé-croisé...  Réalités différentielles...  Constante dans la subjectivité des valeurs.... Protection outre-vie d'un passé terré dans l'ombre du souvenir... Activation du processus de défense... Attaque- Riposte... Abandon des armes... Opération à coeur ouvert...

Retour à la voie du juste milieu...  Illusion diachronique ou syndrôme post-traumatique?

 

 

12:59 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/01/2007

Au diable...

Auto-censure,

Cet espace n'est plus un exutoire...

Auto-censure,

Un espace unique où je ne peux plus expirer !

19:01 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2006

Méprise...

Tricote et détricote ton destin, petite main

Négligence de tissus délaissés, chiffonnés à la va-vite

Ne même pas prendre soin de toi, peau de tristesse, peau de chagrin

Enfile ton désespoir et va t'assoir près de l'eau tranquille et silencieuse

Prends image au reflet des ondulations et fais-toi oublier, amère fil du souvenir !

 

21:57 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2006

Autour des photos...

Alors que certains proches meurent, d'autres naissent dans l'anonymat.

Felure de nos familles, à coudre en en découdre avec ces souvenirs,

De toi, je ne garde que le manque de l'alcool à chaque lune,

Ivresse des illusions alors que le silence laisse supposer plus que tout mensonge,

Croire que rien n'est en route, croire que tout peut se mettre en chemin.

Sur place, à nouveau, cette abysse ne s'arrêtera que quand les jeux seront faits !

J'aurai aimé te parler, ma soeur, mais depuis que le silence dort entre nous,

Je ne me sens plus l'a-pudeur de me partager entre nos ondes.

Alors, je pleure en silence... pourtant...

20:19 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/06/2006

Rage...

 

Dans un bocal,

tout le songe d'une impossible saisie.

Féline volupté d'un étrange corps à dompter.

 

 

23:03 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |