14/03/2009

D'une rive à l'autre

Il y a tout d'abord le temps de l'éveil, frissons d'aventures.

Puis, le temps de la réflexion où l'immensité n'est embrassée que d'un regard.

Ce n'est qu'avec la contemplation de l'impermanence que l'être prend alors la respiration de la successivité des instants et de leur diversité, source de richesse.

Je ne crois à aucune transcendante vérité sur le monde et sa folie.

Je me contente et me satisfait amplement de voir vivre les jours et s'épanouir les nuits.

J'ai un secret, intime et profond.

Pas de ceux qu'on livre n'importe où...

J'ai une réalité en moi qui m'offre un retour à la divine essence de l'être.

Je deviens mer, je me jette dans l'océan de la vie. 

Je partage, entre vagues et horrizon d'huile, les momnets qui appartiennent à toute existence.

Je me sens vivante, je me sens unique. J'aime...

07:17 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/11/2008

Quand le bonheur fuit...

 

Quand j'entends les murmures des âmes tourmentées,

Je réveille les doutes enfouis au creux de l'oubli,

Transition douce entre l'action et l'endormissement.

Alors, révéler l'imperfection des autres, de soi par l'intolérance aux autres, à soi...

Ne pas se braquer, ne pas envenimer la situation, ne pas freiner les émotions,

Se laisser habiter par les craintes, les doutes...

Attendre que l'orage passe, pardonner à ceux qui ne savent pas.

Ce n'est pas de leur faute...

19:56 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2008

Du don et de l'Amour...

Prendre la juste mesure de l'Amour,

Cueillir chaque moment sans rage, sans regret, ni colère ou incertitudes.

Ne pas désavouer les cadeaux du présent.

Poser ce regard serein sur ce qui nous enveloppe si naturellement.

Célébrer le maintenant plus que tout autre songe nous reliant tantôt au passé tantôt au présent.

Découvrir l'amour sans fin, accepter de risquer le tout pour le tout.

Aimer au-delà de son possible.

Apprendre les nouveaux contours du don de soi.

Ecarter le roi despote des illusions, des promesses.

Respecter l'Autre pour tout cet Amour qu'il vous témoigne avec évidence.

Redécouvrir l'essence du mot parce qu'après tout, je n'en suis qu'aux premiers pas sur ce chemin.

08:44 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/07/2008

Nature, émois...

Un jardin empli de gourmandises douces et sucrées.

Acheter un arbre fruitier chaque année...

Je rêve à ces années futures...

J'organise les espaces de cultures.

Je trouve mon bonheur dans les sous-bois,

La nature offerte non loin de chez moi.

campagne1

09:43 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/06/2008

A temps...

 

Il advient un temps de réflexion,


Un temps de répit et de sérénité où tout devient enfin possible.

 

08:48 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/05/2008

Vide et silence...

Je fais le vide et le silence...

Je fais l'indifférente alors que je brûle et me consume.

On n'est pas responsable des autres,

Arrive-t-on toujours à l'être de soi-même ?

Espérance, toujours...

Rayon de soleil sur les touches d'amour...

Partages encore, souffle de douceurs.

J'ai de la chance, je souffre parfois de peu mais, je sais, la chance !

Je me sens vivante.

18:13 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/05/2008

Naître au monde...

Mes chagrins ruisselants sur la violence du monde,

Les tensions ambiantes s'apaisent,

Les espérances renaissent.

 Derrière les portes forgées de souvenirs,

Les jardins de mon enfance se referment.

Silence.

Les enfants dorment dans les espoirs des adultes,

Veilleurs des âmes innocentes.

Silence.

Les grands vents soufflent sur les sables des dunes.

Il est beau de voir les choses simples vivre.

Il est doux de goûter à la paix des lieux habités des personnes que l'on aime.

Silence.

Le bonheur est inhérent à la matière.

Juste être au monde...

N'être qu'au monde...

18:52 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2008

Echo et Narcisse,

Il y a plusieurs mois, ces mots transformés par Narcisse et Echo, 

C'est un nouveau projet...

Aujourd'hui, je sais que nous ne pouvons être certain de rien mais que nous pouvons faire confiance aux vibrations harmonieuses intérieures... Je sais aussi que l'on peut être certain de compter sur soi-même et ceux qui vous aiment avec sincérité...

Alors que le doute pénètrait plus qu'il ne le fallait ma Vie, je sais à présent que les certitudes, vaines, ne peuvent émerger que dans la vérité de l'essentiel.

Et si le doute est encore présent dans ma vie, c'est pour me faire avancer, me remettre en question et me menacer afin que je chemine intérieurement.

Se cramponner à des certitudes, c'est inévitablement se lier à des servitudes. La vérité émane de l'impermanence de ce qui est, n'est plus, sera, disparaitra...Vivre, c'est accepter que les choses changent.  Ne pas les voir évoluer, c'est accepter de se voir mourir...

Je suis particuliére car nous le sommes tous à notre manière.  Au plus, nous sommes à l'écoute de nous-mêmes, au plus nous révèlons au monde notre singularité.  Il est passionant de se plonger dans la complexité et la simplicité de l'autre.  Pour cela, il est nécéssaire de cultiver son jardin secret avec solitude, sérénité et bonheur.  Ainsi, je deviens pour l'Autre, un être tout à fait particulier.

Avec l'émoi, je ne suis qu'à la démesure des rêves qui m'habitent. 

cocci

07:33 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2008

Etre dans le juste...

Lorsque le soleil se fait attendre,

Lorsque la lassitude s'installe,

Lorsque la répétion, matrice de l'ennui prend forme,

Lorsque la tristesse s'infiltre,

 Il faut prendre le large, s'oxygéner et retrouver le bonheur d'être là où il est juste d'être...

spirit

 

08:36 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2008

Confessions...

Je comprends que l'on puisse pleurer sur un amour passé,

Je comprends qu'il y ait des regrets dans une décision,

Je comprends que l'enfance ne sache plus où est la réalité d'un présent.

La question de l'apitoiement ou de la compréhension ne me concerne pas.

L'empathie me trouble et me perd dans les chemins oscillants entre écoute et peur personnelle.

Autant de chemins de perdition de mon esprit vagabond, incapable de se figer sur d'autres vies de papiers puisque celle-ci mobilise toute l'attention des complaintes lointaines.

J'accepte cette réalité mais je n'oublie pas qu'elle ne m'appartient pas.

Je suis responsable des mots que j'écris, des actes que je pose.

Tout cela n'était que difficulté, parfois, cela ressemblait à de la souffrance. 

L'homme est prompt à se torturer à moins qu'il n'oublie sa programmation au désespoir.

Par sa seule volonté, il est possible de libérer l'energie qui se cristalise autour des illusions, des enchevêtrements, des duperies.

Parfois, c'est l'indiscrétion qui me tourmente,

Je songe à ces paroles confiées: " un petit changegement chez moi peut engendrer un grand changement chez les autres "

Aujourd'hui, première certitude qui s'éteindra avec la nuit et les étoiles, le soleil chante et les oiseaux brillent haut dans le ciel.

11:29 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/02/2008

Retour à l'onde...

Laisser l'énergie me pénétrer,

Sentir le flux et reflux des ondes,

Vibrations du temps, de l'espace et de l'essentiel.

Eternité...

Ici et maintenant...

19:09 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/10/2007

La convoitise !

Il y a des gens qui n'ont rien d'autre à foutre que de convoiter le bonheur des autres...

Un petit morceau de bonheur,

pris à l'emporte pièce !

Volé à l'étalage...

Quelle misère affective habite cette planète ?

18:09 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/08/2007

 

En ce moment, chemin de réflexion menant à la solitude de l'existence

Illusion des croyances en liaisons permanentes

Stérilité des interactions au creux du vide

Retour à l'a-réalité

Ques des tournants se prenennt ou s'absentent, il n'y a que peu qui demeurent en écoute.

La plupart des mots sont là pour être offerts à des oreilles distraites;

Rares aussi celles qui recueillent le trésor.

A nouveau goûter à cette solitude

plus rien ne peut être ce qui a été.

il n'y a aucun chagrin à cela, il n'y a que le glas de ce constat...

09:07 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/06/2007

Infinitifs...

Laisser co-habiter le paradoxe,

Apprendre à ne plus être blessé,

Panser ce qui nous heurte encore,

Se détacher au point de survoler cette existence,

Attendre que l'impossible vous capture,

Méditer et, ensuite, cesser de penser...

 

07:15 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/04/2007

L'enfer, c'est les autres !

enfer

09:45 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

03/04/2007

Miss butterfly

miss butterfly2

09:00 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/03/2007

Pensées apprivoisées d'une lettre à Miss B

Il est normal, je crois, d'observer des cycles dans notre vie et encore plus quand il s'agit de nos émotions. Ne sommes-nous pas femmes et, par essence-même, cycliques? 

Nous sommes parfois capables de nous remettre en cause et, par ce simple mécanisme, de nous questionner démesurément. Il en est toujours ainsi pour celles (et ceux) qui ont débuté une introspection. Alors, le tout est d'être consciente et de ne pas chercher trop souvent les causes ou les conséquences de ce que nous vivons car c'est peut-être simplement à vivre et non à analyser, ressasser et ruminer.

C'est comme suivre son instinct, être à l'écoute du chemin qui se trace dans nos choix, dans nos actes. Parfois, à force de vivre à contretemps de notre rythme naturel, on en vient à vivre à contretemps de soi. Alors, nous perdons le sens profond des actes et l’évidence de la simplicité dans notre quotidien. Notre instinct enfoui, terré dans la souche d’un mal-être ou un mal-vivre, ne nous permet plus de faire face à la réalité biologique et émotionnelle de l’existence.

Les femmes sont si complexes (les hommes aussi à vrai dire)… Mais pour ce qui est des femmes, à la fois, je le sais et n'en mesure que si peu le sens profond. Je crois, de manière générale, que l'être humain est source intarissable de surprise et qu'ainsi nous devons apprendre, être prudent et surtout respectueux de soi et des autres. L'alchimie est si fragile. Le tout est d'être en adéquation avec les multiples facettes de notre être et de prendre le temps pour ne pas réagir à chaud. Là, est l'adulte même si je sais aussi que, souvent, nous sommes en proie à l'enfant qui s'exprime spontanément ou qui souffre. C'est tout le chemin d'accepter, d’accueillir et de reconnaître cette étrange cohabitation.

Unique et multiples.

Il est normal de traverser des zones d'incompréhension et de troubles face aux multiples rebondissements de notre vie. A force que notre être se heurte aux autres, à la société, nous ressentons une fatigue psychique qui n’est que la manifestation de cette inadéquation. Car au plus, nous sommes en respect vis-à-vis de soi; au plus, nous avançons et ressentons la joie et le bonheur de vivre. 

Une fois de plus, rien n'est facile. Mais la richesse est là. Assurément, elle est au cœur de la Vie !

19:13 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/03/2007

Quand les maux deviennent mots...

Parfois, il y a des mots qui restent coincés dans la gorge, qu'on arrive pas à avaler, ceux qui vous encombrent ou vous font mal, assertion endoscopique, toutes griffes sorties dans les parois de l'organe vocal. 

Il y a ceux que l'on recrache, comme un venin assassin, et ceux qui vous encombrent la tête, faute d'être oubliés. 

Il y a ceux qui ne se digèrent pas, tellement il a été difficile de les avaler.  

Il y a aussi ces mots qui vous poursuivent jusqu'à ce que vous finissiez par leur échapper et qui tôt ou tard vous reviendront en pleine tête ou en plein coeur, crevant le derme confortable des frontières émotionnelles pseudo-étanches.

run

Le plus souvent, fort heureusement, par le miracle de l'harmonie de notre corps et de notre esprit, les mots sont apprivoisés parfois longtemps après une première rencontre, toujours inattendue.

18:45 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/03/2007

Question de point de vue !

femme

20:39 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/02/2007

Question sans réponse...

Peut-on imaginer que tout ce qui s'offre à nous et ce, même dans les moments difficiles, est une opportunité pour vivre et apprendre à se détacher de cette existence ?

19:30 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/02/2007

Aux quatre vents...

Apprendre, tout doucement, à oublier les mauvais souvenirs,

Effacer soigneusement les peurs, non pas les recouvrir mais, en quelques sortes, les transpercer.

Disperser, aux quatre vents, les rancoeurs qui ne sattachent qu'aux matériels avoeux.

Approfondir délicatement l'essence absolue de l'éther dans l'instant zéro de nos gravités, à contre-chemin de nos étés.

18:12 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/01/2007

Des mots...

"On ne peut être que radieuse lorsque l'on est en harmonie avec soi..."

http://danse-dolores.skynetblogs.be/

11:44 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/12/2006

Carnets intimes

imcarnets

19:24 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

20/10/2006

Au fil des saisons...

Faut-il que je me détache de toi pour que tu reviennes

Incessante danse entre désaccords et hamonie

Va, vis et reviens...

Entre deux temps qui s'affrontent, oublier et imaginer ailleurs des temps autres

Se souvenir de ce qui a été douceur et été,

Il est parfois difficile de croire que l'on rentre encore dans un hiver

Et pourtant, les saisons sont et demeurent éternelles.

Alors, poursuivons cette ballade, les bois ont une couleur que j'adore à toute saison.

20:05 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/10/2006

Alliance...

En abscence de moi-même, indisponibilité qui en découle pour les autres.

Ce qui me prend de l'énergie, à l'heure actuelle, c'est mon incapacité à m'ouvrir sur l'extérieur. 

Mise en balance d'un équilibre si fragile finalement.

Certitude que, malgré ta raison, ton coeur me pardonne. 

Si finalement, je niais l'évidence !

 N'est-ce pas le bonheur qui me touche tant ?

10:23 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/09/2006

Ecrit hier et déjà en mutation dans mon esprit !

Je te salue passant empli du monde que tu contemples d'un seul regard,
 
Sur le chemin que je parcours de plus en plus en solitaire, je m'aperçois que certaines pensées animent mes raisonnements.
 
Je ne sais s'ils sont toujours emplis de justesse ou de vérité mais ils sont ce qu'ils sont :  dénudés de jugement ou d'arrière pensées.
 
J'ai cru comprendre que nous ne pouvions aimer si nous ne nous aimions pas nous-mêmes avant toute chose.  Cela parait essentiel mais je ne sais si cela est juste au fond.  Aimer l'autre est parfois perdre pied par rapport à soi et si l'autre venait à disparaître...  Que devenons-nous ?  Ainsi, nous sommes à la fois capables d'être attaché et détaché de quelqu'un.   S'attacher à l'autre par amour, juste par amour, ce n'est pas l'enraciner dans des positions déséquilibrées où la seule réalité est son propre désir.  Cela devient alors comme une manipulation... Créer l'autre à l'image de ses phantasmes et désirs.  Manipuler, ce n'est pas aimer car aimer, c'est respecter...
 
Je devine également depuis peu que la seule manière de vivre en équilibre avec ceux qui nous entourent est de leur faire confiance tout en n'attendant rien, absolument rien en retour.  L'attente fait mourir et amplifie le désir qui, au terme, sera, envers et contre tout, déçu, frustré et anihilé par nos pulsions de vie ou survie.  Se jeter encore dans une ultime course pour finalement se perdre corps et âmes dans un ailleurs, dans un demain, dans un possible.
 
Il se peut également qu'à un moment, le bonheur de l'un ne converge pas vers le bonheur de l'autre.  Il faut alors accepter les différences et regarder objectivement la réalité.  Il est tellement difficile de rester distant par rapport à ce qui tourmente ou anime notre quotidien.  Il nous semble si évident que nous sommes différents alors qu'en fait nous sommes trop souvent dans le désir de trouver en l'autre tout ce dont nous manquons profondément.  Au travers de cela, nous nous manquons plus que tout car notre richesse est merveilleuse, notre richesse est intarissable, notre richesse est trésor à nos propres yeux si nous décidons de nous regarder et nous voir tel que nous sommes tout simplement.
 
Si je deviens capable de reconnaitre ce qui me rend heureux et ce qui rend heureux l'autre, je deviens capable d'accepter avec tant d'humanité les besoins et désirs sans pour autant rentrer dans le chantage affectif de la relation à autrui.  Juste être cette oreille privilégiée et attentive, juste être cet echo et cette certitude que, quoiqu'il arrive, mon amour n'a pas de prix ni de condition.  Il est don merveilleux et présent magnifique.
 
Tans de tristesse, de chagrin, de bonheur et d'espérances sillonnent nos vies...  Nous n'avons pas à gâcher ce temps, nous n'avons pas à le perdre ou à le voler, nous avons juste à le partager, à l'offrir et à l'enchanter. 
 

10:45 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/09/2006

Tout bas...

Respirer, ressentir et fermer les yeux...

Ces mots reflètent si peu la force de méditation dont le souffle de cette encre est l'âme...

L'essentiel, invisible aux yeux...

 

Gomer les aspérités et les tensions de ma peau diaphane,

Embrasser la vie et accepter ce qui survient.

A la fois, cette histoire et tant d'autres.

 

Unique et multiple, intériorité et détachement.

 

19:10 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/09/2006

Cosmos...

07:18 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/08/2006

Comme les chats !

Nous devrions être comme les chats...  Aucune pensée à préméditer des actes qui peuvent faire mal, qui feront mal !

Dans un sens mais pas dans l'autre...  comme une carresse attendue mais qui ne viendra jamais !

Si chacun était capable de prendre en compte la réciprocité de ses actes.  On ne mesure pas toujours l'écho de ceux-ci... 

Peu importe, au final...  Ils passent leur temps à courir après ce qu'ils n'attraperont jamais, l'ombre de leur proie...

Alors, d'une goutière à une plate-forme ensoleillée, je me dissimule dans la pelote de haine qui détisse les liens d'un chat et d'un parfait étranger !

16:38 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

02/08/2006

...

" Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément." 


Boileau, L'art poétique, Chant I.

19:58 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |