14/03/2009

D'une rive à l'autre

Il y a tout d'abord le temps de l'éveil, frissons d'aventures.

Puis, le temps de la réflexion où l'immensité n'est embrassée que d'un regard.

Ce n'est qu'avec la contemplation de l'impermanence que l'être prend alors la respiration de la successivité des instants et de leur diversité, source de richesse.

Je ne crois à aucune transcendante vérité sur le monde et sa folie.

Je me contente et me satisfait amplement de voir vivre les jours et s'épanouir les nuits.

J'ai un secret, intime et profond.

Pas de ceux qu'on livre n'importe où...

J'ai une réalité en moi qui m'offre un retour à la divine essence de l'être.

Je deviens mer, je me jette dans l'océan de la vie. 

Je partage, entre vagues et horrizon d'huile, les momnets qui appartiennent à toute existence.

Je me sens vivante, je me sens unique. J'aime...

07:17 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.