31/05/2008

Vide et silence...

Je fais le vide et le silence...

Je fais l'indifférente alors que je brûle et me consume.

On n'est pas responsable des autres,

Arrive-t-on toujours à l'être de soi-même ?

Espérance, toujours...

Rayon de soleil sur les touches d'amour...

Partages encore, souffle de douceurs.

J'ai de la chance, je souffre parfois de peu mais, je sais, la chance !

Je me sens vivante.

18:13 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/05/2008

Naître au monde...

Mes chagrins ruisselants sur la violence du monde,

Les tensions ambiantes s'apaisent,

Les espérances renaissent.

 Derrière les portes forgées de souvenirs,

Les jardins de mon enfance se referment.

Silence.

Les enfants dorment dans les espoirs des adultes,

Veilleurs des âmes innocentes.

Silence.

Les grands vents soufflent sur les sables des dunes.

Il est beau de voir les choses simples vivre.

Il est doux de goûter à la paix des lieux habités des personnes que l'on aime.

Silence.

Le bonheur est inhérent à la matière.

Juste être au monde...

N'être qu'au monde...

18:52 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2008

Le silence et la révolte...

Confidences pour confidences,

Aujourd'hui, le silence se rompt.  Les langues se délient.

Je me rends compte que je suis de plus en plus en rupture avec le monde qui m'entoure.

Je ne supporte plus l'agressivité ambiante.  Je ne supporte plus la connerie des autres.

Au-delà du fait qu'on est toujours le con de quelqu'un d'autre,  Je ne sais plus vivre en paix dans ces faits de société qui crient la sauvagerie.

Aujourd'hui, des élèves m'ont profondément touchée...

Elles se sont livrées et m'ont énuméré tous les faits de violence qu'elle ont déjà subi en tant que jeune femme.

Qu'en faire ?  Que faire avec toute cette tristesse ?

Aujourd'hui, je suis touchée, je vois leurs ailes maculées...

 

17:50 Écrit par dans Tumultes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/05/2008

Polo et Sophie...

 Parce que une surprise ne s'attend pas,
Parce que je crois aux loups-garous,
Parce que c'est une histoire d'amours décalés,
Cadeavresofa

09:45 Écrit par dans Papier-pages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Au réveil,

glacial

http://www.courlis.com/?p=203

15/05/2008

Appropiation...

On passe un beau moment,

On va au restaurant, on rêve à deux. 

On passe la nuit ensemble, on déjeune en amoureux,

On se dit au revoir dans un magnifique parc, après une longue ballade.

Je suis parfois heureuse...

Tu me feras beaucoup de beaux bébés,

 Mais elle casse mes rêves

Elle tue mon futur

Et je la fusillerais aussi

C'est une salope

Elle est inutile

Elle te demande des trucs, elle attend un mec riche

Il ne m'appellera plus.

Pourtant, je le voudrai

Et elle je la tuerai

Oui, je la tuerai vraiment

Elle noircit mon avenir !

Interprétation totalement libre du texte de sAukO

19:05 Écrit par dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2008

Clind'oeil@work !

Clôturer ou presque un cycle,

Je reviens à moi-même,

Patience, conversations et douceurs à vivre...

Plaisirs partagés, intimités révélèes dans le prisme mouvant des instants.

Atteindre le meilleur à l'aube d'une réalisation...

10/05/2008

A la canopée, je médite...

Je souhaiterais partager le soleil qui est dans ma vie,

Je voudrais vous dire tout le bonheur qui est à cueillir dans les instants,

Pas ceux de la frénésie, pas ceux de la convoitise...

Ces moments offerts par la superbe de ceux qui parviennent à s'arrêter,

Ces minutes qui s'égrènent dans le flamboiment de la lumière et de l'obscurité.

Alors, je médite au creux du jour,

Sur les cimes des pensées, je retrouve le chemin juste,

Celui qui entre dans la vérité éphémère de l'instant,

Celui qui est à l'endroit même où il doit être.

A la canopée des espérances,

Il m'arrive encore de douter profondément de ce que sera demain,

Et en soi, cela n'est pas un drame, c'est juste une autre réalité.

Personne ne peut savoir ce que demain nous réserve,

Personne ne peut imaginer que cette vie sera toujours heureuse.

Même si je sais les sentiments humains capricieux,

Je préfère au doute permanent, ressentir la paix intérieure de la présence sereine.

20:30 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/05/2008

La question de l'unité...

Mutations intérieures,

Multiples voies convergeant vers l'unité.

Convictions pénétrantes,

Révélation de la femme soleil à l'orée d'une vie.

01/05/2008

Au-delà de la solitude...

jetée2

 Il y a des ponts vers nulle part qui emportent le rêve toujours ailleurs...