25/02/2008

 

Vider cette poche de sentiments,

Ne plus pleurer,

Me poser sur le hêtre fragile,

Ecouter tout autour,

S'enfoncer suffisamment loin que pour oublier le bruit harrassant du grondement quotidien.

Respirer,

Prendre le temps de respirer,

S'arrêter vraiment et respirer encore...

Tant de choses se bousculent,

Tant de mots me bousculent.

Le soleil se couche au loin,

La feuille devient humide,

Les oiseaux cessent leurs discussions,

A mon tour de mettre du silence sur le papier...

Les commentaires sont fermés.