30/03/2007

Comme une étrangère parmi les hommes, juste ailleurs et pourtant ici !

fb_ellemonk

19:33 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Fleur de lotus

shiva3

 

18:20 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/03/2007

Pensées apprivoisées d'une lettre à Miss B

Il est normal, je crois, d'observer des cycles dans notre vie et encore plus quand il s'agit de nos émotions. Ne sommes-nous pas femmes et, par essence-même, cycliques? 

Nous sommes parfois capables de nous remettre en cause et, par ce simple mécanisme, de nous questionner démesurément. Il en est toujours ainsi pour celles (et ceux) qui ont débuté une introspection. Alors, le tout est d'être consciente et de ne pas chercher trop souvent les causes ou les conséquences de ce que nous vivons car c'est peut-être simplement à vivre et non à analyser, ressasser et ruminer.

C'est comme suivre son instinct, être à l'écoute du chemin qui se trace dans nos choix, dans nos actes. Parfois, à force de vivre à contretemps de notre rythme naturel, on en vient à vivre à contretemps de soi. Alors, nous perdons le sens profond des actes et l’évidence de la simplicité dans notre quotidien. Notre instinct enfoui, terré dans la souche d’un mal-être ou un mal-vivre, ne nous permet plus de faire face à la réalité biologique et émotionnelle de l’existence.

Les femmes sont si complexes (les hommes aussi à vrai dire)… Mais pour ce qui est des femmes, à la fois, je le sais et n'en mesure que si peu le sens profond. Je crois, de manière générale, que l'être humain est source intarissable de surprise et qu'ainsi nous devons apprendre, être prudent et surtout respectueux de soi et des autres. L'alchimie est si fragile. Le tout est d'être en adéquation avec les multiples facettes de notre être et de prendre le temps pour ne pas réagir à chaud. Là, est l'adulte même si je sais aussi que, souvent, nous sommes en proie à l'enfant qui s'exprime spontanément ou qui souffre. C'est tout le chemin d'accepter, d’accueillir et de reconnaître cette étrange cohabitation.

Unique et multiples.

Il est normal de traverser des zones d'incompréhension et de troubles face aux multiples rebondissements de notre vie. A force que notre être se heurte aux autres, à la société, nous ressentons une fatigue psychique qui n’est que la manifestation de cette inadéquation. Car au plus, nous sommes en respect vis-à-vis de soi; au plus, nous avançons et ressentons la joie et le bonheur de vivre. 

Une fois de plus, rien n'est facile. Mais la richesse est là. Assurément, elle est au cœur de la Vie !

19:13 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/03/2007

Chemins qui se croisent ...

Deux femmes à table,

L'une crie à son portable,

L'autre s'occupe pendant les mots perdus.

Deux amants sur table,

L'un se cache derrière sa peur d'être épié,

L'autre, avide, la désire de ses mains.

Deux ennemis contre table,

L'un s'évapore en fumée,

L'autre s'épenche en encre.

18:37 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11/03/2007

Ce qui fait toute la différence !

Intercaler des plantes aromatiques dans des foisons de fleurs...

Glisser du sucre de canne pour contrarier le rangement structuré des parallélépipèdes rectangles blancs...

Idolâtrer le soleil entre deux nuages et tromper l'hiver en se prenant pour une fleur de printemps !

11:11 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/03/2007

Quand les maux deviennent mots...

Parfois, il y a des mots qui restent coincés dans la gorge, qu'on arrive pas à avaler, ceux qui vous encombrent ou vous font mal, assertion endoscopique, toutes griffes sorties dans les parois de l'organe vocal. 

Il y a ceux que l'on recrache, comme un venin assassin, et ceux qui vous encombrent la tête, faute d'être oubliés. 

Il y a ceux qui ne se digèrent pas, tellement il a été difficile de les avaler.  

Il y a aussi ces mots qui vous poursuivent jusqu'à ce que vous finissiez par leur échapper et qui tôt ou tard vous reviendront en pleine tête ou en plein coeur, crevant le derme confortable des frontières émotionnelles pseudo-étanches.

run

Le plus souvent, fort heureusement, par le miracle de l'harmonie de notre corps et de notre esprit, les mots sont apprivoisés parfois longtemps après une première rencontre, toujours inattendue.

18:45 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/03/2007

Question de point de vue !

femme

20:39 Écrit par dans Méditation | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |