14/07/2008

Douce demsoiselle

http://lebruitdesimages.over-blog.com/

Cette demoiselle protège son travail...

 Alors, il faudra cliquer pour entrevoir le bruit de ses images...

Bien à vous, bien à elle !

18:52 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/06/2008

Agir avec délicatesse !

Considérations superficielles,

Reprendre le temps de l'essentiel,

Arrêter de polluer les sens avec le superflu.

Prendre un temps.

En saisir la contre-mesure.

A nouveau s'interroger sur l'importance,

Continuer à perdre les habitudes de l'inertie hivernale.

09:16 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/04/2008

Complot nocturne : Episode 2

Retrouver le chemin de la raison ou de la réconciliation.

Prendre le temps de parler à une sourde,

Expliquer que des lustres n'ont suffit à épanouir ce coeur solitaire,

Accepter qu'elle ne peut voir de ces yeux vides...

Il est plus confortable alors que replonger dans les rapides,

Retrouver ma soeur et de lui demander pardon pour les dommages que je lui ai causés.

Malaise à accepter, accueillir mes erreurs et mes bonheurs...

Il y a des chemins dont nul autre que moi-même ne connais le secret...


"Les rêves sont la voie royale qui mène à l'inconscient."

Freud

09:25 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/03/2008

Liberté

J'avais beaucoup écrit, tout a disparu,

Il n'y a pas de hasard, que des coïncidences.

Je prends cette disparition au sérieux.

Je ne réécrirai pas ce qui, de toute manière, m'échappe déjà...

Hier, j'ai ressenti un vide exceptionnel, un vertige que mon innocence avait toujours, volontairement, occulté !

Non par négligence, uniquement par soucis de légerté comme une forme de survie !

Hier, j'écoutais l'écho profond des responsabilités.

19:19 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/03/2008

Indisponible

Gris sur blanc,

Vide inspiration, Pleine expiration,

Attendre le retour de la muse,

Secrètes espérances, fragiles bonheurs...

attente

08:04 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

29/02/2008

Raccourci chanceux comme au jeu de Mère l'Oie

Je vote pour l'effacement des mois à venir. 

Passage direct et rapide par la case "Grandes Vacances"...

Je traîne une patte...

Réjouissance présente dans la perspective d'un avenir plus serein !

Juste envie de jurer et de cracher sur le sacro-saint credo à deux balles !

17:20 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2008

Impressions

656130791

http://bandahack.skyrock.com

09:04 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2007

 

 

Ce qui fut écrit, fut perdu,

Non pas à jamais car il demeure le souvenir de la force des lettres.

Aucun reget puisqu'écrire encore permet de renommer, redéterminer la réalité.

C'est au moment où les mots sont figés qu'ils peuvent s'envoler de la part obscure de l'inconscient.


Troubles nocturnes comme le dessinerait mieux David B. Reprendre le chemin d'un certain Lynch pour pénétrer encore plus la noirceur d'un monde métaphorique.

Sur les chemins suspendus, apercevoir les enchevêtrements sinueux qui conduisent des enfants vers un culte sombre. Face à un arbre, une marque les réunit et les voue à de sombres desseins.


Visite onirique dans mes pensées. Ta solitude, ton visage marqué par un « je ne sais quoi » d'effrayant. Rendre à la fois par ce texte la présence de personnes et l'abscence dans ton regard.

C'est au moment, où ils partent, d'une franche camaraderie, et m'oublient que je te vois.

Là, seul, défait, si vide et triste. Unique projection dans ma propre abscence.


Ecrire pour ne pas oublier, écrire pour transcender un certain sens.

Puisque chacun peut enfin se révéler à soi-même, ma période de dormition a une portée que seule mon intime mesure.


Il me reste de toi, ce geste machinal dans lequel une partie de moi-même pensait prendre du plaisir.

La répétition et l'accentuation de celui-ci n'a que creuser le vide de ce sens.


I remember... La fréquence des rencontres dans un bar qui conjugait les instant complices et les débordements au passé simple. Je me souviens bien, oui, de mon étonnement devant la systématique envie de prendre ce verre. Toujours celui de trop...


L'agitation s'approche de ma bulle... Je transpose à plus tard la relecture et la complétude de ces lignes. Ce n'est pas fini...

Demain, un autre jour et une autre nuit entre...

14:38 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2007

Nuit de songes

Lorsque, de son voile obscur, elle recouvre ma vue,

Je demeure à la nuit cette étrange paix des sillages enigmatiques,

Vesprée des feuilles d'automne, revivre à reculons, les saisons de paisible innocence,

Quête ultime de l'excellence et de l'équilibre, je m'en remets à la légèreté des souvenirs falsifiés...

08:16 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/11/2007

L'arbre de la vie en mon ether...

arbre

19:46 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/10/2007

Mmmmh ! Dur la vie d'artiste !

Café noir,

Beastie boys, spin doctors...

Trop difficile d'émerger après une nuit de rêves éveillés...

07:37 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/10/2007

Résistance !

Anarchiste à la petite semaine,

il coupe du bois pour un hiver qui n'existera plus,

le dimanche s'il vous plait !

20:09 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/09/2007

Parenthèse au sursis...

Parce que l'on se croit seul,

Parce qu'il y a du désir,

Parce que c'est l'erreur qui nous retient,

Parce que l'échine ne ploie plus sous cette souffrance,

Plus pour ces instants...

 

22:00 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/03/2007

Comme une étrangère parmi les hommes, juste ailleurs et pourtant ici !

fb_ellemonk

19:33 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

17/03/2007

Chemins qui se croisent ...

Deux femmes à table,

L'une crie à son portable,

L'autre s'occupe pendant les mots perdus.

Deux amants sur table,

L'un se cache derrière sa peur d'être épié,

L'autre, avide, la désire de ses mains.

Deux ennemis contre table,

L'un s'évapore en fumée,

L'autre s'épenche en encre.

18:37 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/02/2007

Ma succube !

succube

18:32 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/02/2007

Ca me rend dingue !

pic064832

19:49 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

27/01/2007

Cinq choses que vous ne savez pas de moi...

Un petit jeu considéré, par certains, comme profondément débile et, par d'autres, comme étant le moyen de passer son temps à ne rien faire...

Alors en cinq minutes, voici ce que vous n'auriez jamais pensé ou imaginé de l'inconnue à l'écriture-libellule...

- Je suis en attente d'un grand voyage pour aller à la rencontre de moi-même.  Je ne sais si ce sera Compostelle, l'Inde ou la Corse  mais je sais que sur les sillons de cette marche, je me rencontrerai.  Elle me mènera à moi-même.

- Contrairement à beaucoup d'adultes, j'ai conservé un grand nombre de mes passions d'enfants comme manger des glaces et des sorbets, jouer dans l'eau, regarder des dessins animés et des films fantastiques, passer du temps dans mon jardin, lire des bandes dessinées, regarder la lune et imaginer que ceux que j'aime la voient aussi de là où ils sont, faire les 400 coups et se faire peur pour deux fois rien, croire à la magie et aux créatures étranges qui survivent dans un monde que l'on a presque oublié...

- J'éprouve une profonde sérénité et fascination pour la mer; lorsque j'y plonge, j'ai l'impression de n'être qu'elle.

- J'ai de beaux pieds égyptiens qui renvoient mes souvenirs à une lointaine vie perdue dans l'inconscience humaine, si lointaine qu'elle appartient aux premiers temps de mon existence karmique...

- Je rêve de profiter d'au moins deux hectares de terrain où il y aurait un beau verger pour que mes futurs petits-enfants viennent y passer du temps, y jouer et y voler des fruits au temps des cerises;  où il y aurait des fleurs sauvages et des fleurs précieuses; où l'on y admirerait une étendue d'eau naturelle avec des poissons taquins et un héron gourmand; où il ferait bon rêver des jours entiers et pour les nuits, des étoiles par milliers ; où se marieraient des légumes d'antan et des couleurs protectrices des récoltes; où je m'y perdrais tellement c'est beau et grand ; où les saisons seraient reines et la vie harmonie. J'aimerais aussi y voir veillir un cheval de trait, y apercevoir les lapins gourmands et y entendre le chant de l'oiseau bleu .  Un petit coin de terre pour y construire un petit coin de paradis, juste pour compter, loin du tumultes des cités, les jours heureux d'une fin de vie honorable...

Sur c'est quelques mots, je cède la place à... Kardream (j'ai cru voir que tu n'y étais pas encore passée; aurais-tu été épargnée ?)  Riwa-laine dans la lune ( qui sans doute va nier l'affaire parce que c'est franchement pas son gnere) et Egone ( qui pourrait m'amuser à se prêter à cet exercice de style)

Si le coeur en dit à des personnes qui ne se manifestent jamais en commentaires, qu'elles se fassent connaître ; j'y passerai par curiosité... Si personne ne se signale, je continuerai à croire que j'écris dans le vide et ce sera tout aussi bien !  Rires...

17:25 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

16/01/2007

Quoi de neuf, docteur ?

roger

21:14 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/01/2007

de moi à moi ?

Imaginer une chose

et en elle souspeser son antonyme

antologies des sens à la découverte aveugle

tatônnement d'expériences

rebondissement et créativité même d'une naissance à être

reposer la question du sens et en recevoir pour réponse le paradoxe

tant du verbe où émerge la pensée

effleurer l'impermanence de ce qu'elle paraît !

n'est pas là où tu le penses, ne sois pas ce que tu supposes

reposer la question du sens

demeureur impuissance et ensuite passer son chemin

au coeur de ce qui se découvre

une infinité de significations, de pensées

 

Illusion ?  et déjà revenir en arrière

effacer, réécrire, poursuivre, relire pour en affiner les mots, les accords

la subtilité d'une écriture à penser à ne pas livrer en vrac, à ne pas délivrer, surtout à censurer

interdire... s'interdire même de penser à certaines choses

créer une illusion des mots, peau lisse et lègère

autre métamorphose qui libère

nouvelle prison de la déliquescence d'un art à repenser, recréer et abandonner

 

Abandonner l'autre, celle qui fut, qui est et qui sera

Croire en peu, juste l'essentiel,

 le kit de survie qui vous offre un nouveau compagnon à penser, questionner

dialogue d'une âme avec elle-même

attendre une réponse qui livrera une nouvelle question...

poursuite de soi où seul existe le profond respect

 

Et à nouveau, vouloir tout laisser à l'état brut et relire pour sculpter le chemin de la compréhension...

 

19:05 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12/12/2006

Soupir végétal...

Depuis Bobin, je regarde les bouquets se fâner avec émotion.  Voilà trois semaines que le soleil est entré sous l'apparence florale dans ma bulle de salon et il s'épenche si délicatement que j'en reste immobile,  incapable de le consumer en cendres...

Au jaune des pétales éphémères et jadis corolle de mes délices...

P1010003é

19:31 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/11/2006

Absence prolongée !

Une bougie allumée,

Une pensée récurrente,

Un combiné posé,

Une écriture poussièreuse,

Une lente assimilation, 

Une condition heureuse,

Une obsession interminable,

 

Je suis en absence prolongée !

16:38 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2006

Entrée en hibernation...

Echange onirique, perception grandissante de la réalité qui s'infltre en moi...

Pleureur sur ce qui est à jamais perdu et rêver de ce qui est à venir.

Pour ne plus se laisser contaminer par la grisaille du ciel,

Prendre maintenant chaque minute comme une victoire,sans pour autant se duper.

vague

 

10:34 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2006

Petite confiture de perles, Sable de jade,

Petite confiture de perles, Sable de jade, c'est étrange comme je pense à toi...

De toute ma créativité, je te songe entre perte et retrouvailles éternelles

C'est en chuchotant que je sussure des mots si tendres.

Alors que l'écho de la finitude de mon existence glisse en toi !

Complainte éternelle d'amour, te verrai-je comme ce que je ressens

Pourquoi sommes-nous d'avance condamnés à payer un tribut

Exécuté sur l'autel du temps, je sais que je te perds

N'en est-il pas ainsi pour ceux qui ne font que passer

T'aimer tellement et savoir que chacun échappe même à sa solitude

Oh! Confiture de perles, Sable de jade...

21:13 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/10/2006

Angle bleu

angle bleu1

18:28 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/10/2006

Visite nocturne d'une âme à venir...

Nuit pleine en lune

Te voir naître

Petit être d'un autre monde

Entre mes bras te voir résister à la mort

Entre deux états

Comme l'animal, te nourrir

Une venue au monde si étrange, si inattendue

Incompréhension de ce rêve

Profonde solitude de nos chemins et pourtant une rencontre

Ne pas en mesurer la portée, ni la merveille

Incpacité de te nommer

Totale inconscience

Manifestation de ta venue prochaine

Course contre le temps

05:15 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/10/2006

Rayons

Dans la grisaille du jour, préserver le soleil qui demeure en mon coeur.

Juste pour contredire le Ciel...

19:00 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/07/2006

Brrrr !

Est-il possible de se sentir parfois tellement seul que l'on ne sait s'il s'agit d'une détresse ou d'un état d'âme ?

Quoiqu'il en soit, le constat est semblable !  Je ne puis écrire car je subis la cenure.  Comme cela est désagréable...  Entre colère et attente que cela passe comme le mauvais temps, comme la pluie, comme un éternuement.

Je m'enrhume à force des changements de températures !  Un courrant d'air qui refroidit même les fortes chaleurs d'été ! Vraiment, je ne suis pas faite pour le pôle nord !  Qui aime les hivers longs et froids ?  On s'habitue à tout me direz-vous !  Peut-on croire que les Canadiens aiment moins le Canada pour cela ?  Eh bien, sachez, que lorsque revient la belle saison, ils regrettent le  frisson du grand froid ! ! !  Allez comprendre quelque chose à cette nature humaine qui veut tout et son contraire !

23:07 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/07/2006

Hic et nunc...

Alors que tout me pousse à croire ailleurs,
Je ne peux que faire le constat de ta présence.
Le lâcher-prise est quelque chose de si délicat à ...
Puisque la perception est bien celle-là...

08:17 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

01/07/2006

Est-ce que l'on avance ?

« Il est interdit d'utiliser contre les civils la famine comme méthode de guerre (...). Il est interdit d'attaquer,  de détruire, d'enlever ou de mettre hors d'usage des biens  indispensables à la survie de la population civile. »

Les  implications de l'article 54 du Protocole additionnel I de 1977 aux conventions de Genève sont claires : le bombardement des centrales électriques à Gaza par l'armée  israélienne, le blocus des populations civiles et les punitions collectives contre elles relèvent de crimes de guerre.

Extrait d'un article en ligne sur le monde diplomatique  http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2006-06-30-Palestine



 

Un codex pour la guerre moderne non respecté selon l'attaquant qui mène l'offensive politico-culturelle... 

Il fut un temps lointain, sans doute, où les hommes vivaient en paix comme il y aura des temps à venir où les femmes ne seront plus violées pour humilier leur appartenance, les enfants plus rangés pour enseigner la violence de l'ignorance et les hommes plus pendus par la raison de leur ventre toujours plus vide que leur motivation à tuer !

 

20:09 Écrit par dans ? | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |